raffinerie de PetroChina à Chengdu

download report

Transcript raffinerie de PetroChina à Chengdu

ENJEU : REDUIRE L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL

C

ONTROLER LES REJETS ET RECYCLER LES EAUX INDUSTRIELLES

:

GROS PLAN SUR LA SUCCESS STORY DE

S

UEZ

E

NVIRONNEMENT EN

C

HINE

Assurer la préservation des ressources en eau par le biais d’un usage durable : telle est aujourd’hui la priorité des priorités pour la Chine. Des législations de plus en plus strictes conduisent les industriels à inscrire leur action dans une double problématique : contrôler les rejets en pollution organique et développer la réutilisation des effluents des stations d’épuration des sites industriels. En réponse à ce défi, SUEZ ENVIRONNEMENT déploie toutes ses capacités d’innovation sur le site de la raffinerie de PetroChina à Chengdu. Gros plan sur ce partenariat avec le plus grand acteur pétrolier chinois

.

Chengdu-SUEZ ENVIRONNEMENT ou l’histoire d’une rencontre capitale C

apitale de la province du Sichuan, l’une des régions les plus fertiles du pays, Chengdu est idéalement située au pied du plateau tibétain. La nature de cette ville est totalement en phase avec la signification de son nom en chinois : Chengdu, la « parfaite capitale ». Aussi nommée « la ville des hibiscus», Chengdu est considérée comme étant le centre de la Chine de l'ouest. Avec plus de 9 millions d’habitants, elle est, comme toute ville chinoise qui se respecte, en pleine croissance. Et qui dit croissance démographique

Vue de l’intérieur de l’usine de traitement et de recyclage des effluents de la

raffinerie de PetroChina à Chengdu. et économique, dit explosion de la consommation des ressources naturelles, et plus particulièrement des ressources en eau. Autant dire que le défi majeur que se doivent de relever les principaux acteurs politiques et économiques du pays consiste désormais à trouver les moyens de conjuguer croissance et durabilité. De ce point de vue, SUEZ ENVIRONNEMENT est devenu un allié de taille. Présent en Chine depuis plus de trente ans à travers ses filiales Degrémont, SITA Waste Services et Sino French Water, le géant mondial de l’environnement a eu maintes occasions d’accompagner les industriels dans la mise en place de solutions innovantes. Et à Chengdu, il n’est pas en reste. Déployant tout son savoir-faire dans la construction de l’usine de traitement et de recyclage des effluents industriels du site de la raffinerie de PetroChina, le plus grand acteur pétrolier chinois, Degrémont a fait de cette installation un véritable modèle du genre. Exemplaire en termes d’innovation et de traitement avancé des effluents industriels du secteur pétrochimique, la station de Chengdu est l’une des premières en Chine à mettre en œuvre un système de réutilisation des eaux usées et des eaux pluviales de cette envergure.

Contre le blues environnemental : Oxyblue™

Lorsqu’en octobre 2009, Degrémont, filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT, se voit confier la construction de l’usine de traitement des effluents industriels de la raffinerie PetroChina, les choses sont loin d’être gagnées. La station d’épuration de Sichuan PetroChina doit être conçue pour que les rejets répondent aux normes environnementales strictes et spécifiques du secteur de la pétrochimie, notamment la DCO

1

. La question environnementale est d’autant plus centrale qu’en 1 La demande chimique en oxygène (DCO) est la consommation en dioxygène par les oxydants chimiques forts pour oxyder les substances organiques et minérales de l'eau. Elle permet d'évaluer la charge polluante des eaux usées. La DCO est une des mesures principales des effluents pour les normes de rejet.

Chine un tiers des cours d’eau est fortement pollué

2 et que la raffinerie de Petrochina est située sur

le Tuo, affluent du Yangtze. Il s’avère donc nécessaire, dans un premier temps, de rassurer les principaux acteurs régionaux et nationaux au sujet de l’impact environnemental susceptible d’être généré par le rejet des eaux usées. Mais il y a un autre défi majeur, qui n’est pas d’ordre sociétal mais technologique : les ressources en eau étant restreintes, la station d’épuration doit être capable de réutiliser plus de deux tiers des eaux usées. Degrémont relève une nouvelle fois ce défi grâce à l’utilisation d’une technologie avancée dénommée Oxyblue™. D’une efficacité énergétique bien supérieure aux procédés traditionnels, elle offre une qualité d’eau optimale, autorisant aussi bien le rejet en zones sensibles que la réutilisation. Elle combine deux technologies : l'ozonation, qui met en contact les matières organiques avec l’ozone, et la biofiltration, qui finalise le traitement biologique des eaux usées. Ce traitement améliore la performance des procédés généralement mis en œuvre et permet de dégrader en quelques minutes des polluants habituellement difficiles à traiter. En outre, cette technologie de pointe s’avère être économiquement compétitive. Elle nécessite en effet une quantité d’ozone bien moindre que les procédés concurrents qui utilisent les technologies d’ozonation extensive, ce qui réduit de moitié les coûts d’utilisation. Elle permet par ailleurs d’allonger la durée de vie des membranes d’ultrafiltration. Les résultats sont probants et une nouvelle page de l’histoire de SUEZ ENVIRONNEMENT en Chine peut désormais s’écrire.

La complémentarité pour gagner la bataille du développement durable L’usine de traitement et de recyclage des effluents de la raffinerie de

PetroChina à Chengdu. Opérationnelle depuis fin 2013, la station de Chengdu fait aujourd’hui office de vitrine des compétences et du savoir-faire de Degrémont. Une réussite des plus stimulantes qui renvoie aux efforts déployés au sein du Centre d’Excellence Oil & Petrochem de Degrémont. Spécialisés dans le traitement de l’eau pour l’industrie pétrolière et pétrochimique, les experts de ce centre d’excellence connaissent parfaitement les enjeux spécifiques du secteur du pétrole et du gaz et mobilisent toutes leurs énergies pour créer des nouvelles techniques avancées qui permettent d’assurer à la fois la maîtrise des risques et la réduction des coûts d’exploitation sur la totalité du cycle de l’eau. La success story de SUEZ ENVIRONNEMENT en Chine repose sur sa capacité à proposer des solutions ultra-innovantes allant du traitement de l’eau à l’état brut à la réutilisation des effluents industriels en toute sécurité. Et à Chengdu, SUEZ ENVIRONNEMENT a déployé tout son savoir-faire. C’est ainsi que les meilleures techniques disponibles ont été combinées au sein d’une même unité (ozonation, filtration biologique, ultrafiltration, osmose inverse et traitement des saumures). C’est la plus grande unité d’ozonation jamais installée en Chine (200 kg/h). S’insérant dans le Tao tout en misant sur le travail et la bonne connaissance du terrain, Degrémont a créé une station aujourd’hui capable de traiter 60 000 mètres cube d’eau par jour, de réutiliser 70 % de ses effluents, d’éliminer efficacement la DCO non biodégradable et de réduire simultanément les concentrations en polluants à l’état de traces. Un succès dont tout le monde se félicite. Côté Yin, Linda Liu, Responsable Technique de Degrémont Chine, observe que « Degrémont est

désormais hautement reconnu par la plupart des experts chinois dans les domaines du raffinage et

de l'éthylène » ; côté Yang, Guillaume Mizon, General Manager de Degrémont Asie, n’hésite pas à affirmer que « Sichuan Petro va probablement être

une vitrine de Degrémont dans l'avenir, d'abord en

Chine, mais aussi dans le monde entier ». Face à la volonté du gouvernement chinois de renforcer sa réglementation environnementale pour atteindre des standards plus stricts

3 , SUEZ

ENVIRONNEMENT s’est indubitablement positionné comme le partenaire complémentaire privilégié des industriels chinois pour accompagner leur croissance durable. Une réussite qui s’inscrit parfaitement dans le cadre

recyclage des effluents

de la pensée chinoise qui fait de la complémentarité un principe fondamental de la vie et de l’univers.

de la raffinerie de

http://www.degremont-industry.com @DGT_industry

Pour en savoir plus

2 3 Examens environnementaux de l'OCDE : Chine, Editions OCDE, 2007.

Le Conseil d’État de la République populaire de Chine a approuvé en décembre 2011 le douzième « plan quinquennal de protection de l’environnement » qui expose les politiques de la réduction des émissions de carbone, le contrôle de la pollution et la gestion du risque environnemental en Chine pour la période 2011-2015.